Suivez-nous

HomeEsports

Aperçu EU Masters play-ins

C’est bientôt le moment, les European Masters approchent et presque toutes les équipes sont connues. Ce tournoi est le premier tremplin que beaucoup de talents en Europe utilisent pour accéder aux European Regional Leagues (ERL), au League of Legends European Championship (LEC) ou peut-être même aux League of Legends Championship Series (LCS). Toutes les meilleures équipes des ligues régionales s’affrontent pour couronner un champion dans le mois qui suit. L’année dernière, quatre des cinq joueurs titulaires de l’équipe gagnante des European Masters ont fait leur entrée dans le LEC, une statistique prometteuse.

Format

Toutes les équipes ne se qualifient pas directement pour le « Main Event » qui réunit les meilleures équipes de chaque région. Les petites ligues régionales comme la Belgique et les Pays-Bas doivent d’abord passer par les « Play-ins ». On y trouve également les équipes de Grèce, du Portugal, etc., mais aussi les petites seeds des grandes régions comme l’Espagne, l’Allemagne et la France. Il s’agit donc déjà d’une avant-première avec des favoris clairs pour accéder au « Main Event » s’ils passent le « Knock-out stage ». À partir de là, nous jouerons à nouveau par groupes pour finalement entrer dans un bracket à simple élimination pour les European Masters Play-offs.

Les favoris de Play-ins

Au menu, il y a d’abord les « Play-ins ». Comme nous l’avons mentionné, il y a déjà quelques équipes fortes provenant de régions qui ont souvent obtenu de bons résultats aux European Masters. Les favoris sont les suivants :

#3 de France (LFL) qui n’est pas encore connu ;

#3 d’Allemagne (Prime League) : Schalke Evolution ;

#3 de l’Espagne (LVP) : G2 Arctic ;

#3 de la Pologne (Ultraliga) : Illuminar Gaming ;

#2 du Royaume-Uni, de la Norvège, de la Suède, de la Finlande et du Danemark ensemble (NLC) : Fnatic Rising.

En raison des bonnes performances de ces régions dans les éditions précédentes du tournoi, ils restent les favoris pour se qualifier pour le « Main Event ». Toutefois, il n’est pas improbable qu’une de ces équipes n’y parvienne pas, car le niveau des ligues régionales n’a cessé d’augmenter. Qui sait où en est le classement aujourd’hui et à quel point les autres régions sont devenues bonnes. L’Italie s’est également illustrée la dernière fois et semble à nouveau forte cette fois-ci. Néanmoins, ces équipes ont souvent aussi le meilleur jeu d’équipe et une bonne idée des meilleures façons de jouer le jeu. Cela leur donne aussi un grand avantage.

Le niveau croissant

Des régions comme l’Italie, la Grèce, les Balkans et les pays baltes surprennent à chaque édition. Récemment, nous avons vu la Grèce et l’Italie obtenir une place bien méritée dans le « Main Event » grâce à leurs performances précédentes aux European Masters. Leurs secondes seeds, respectivement Gamespace MCE et Mkers, devront d’abord s’affronter dans les « Play-ins ».  Il s’agit donc d’un système de récompense où plus ton équipe et ta ligue sont fortes, plus vos chances sont grandes. Seuls le Benelux, le Portugal et les pays baltes obtiennent une place dans les « Play-ins », mais ils veulent changer cela. White Dragons et For The Win du Portugal ont déjà montré une finale régionale forte, mais aussi eSuba et SINNERS Esports de la République tchèque envoient souvent des joueurs individuels forts. Ajoutes à cela Goskilla et Method2Madness des pays baltes et vous avez un « Play-ins » où toutes les équipes sont à égalité. Nous attendons juste qu’une équipe des Balkans se qualifie pour compléter la phase de groupe.

Belgique et Pays-Bas

Nous envoyons également deux équipes aux « Play-ins » qui se donneront à fond. Ils arrivent dans le tournoi en tant que véritables outsiders, car nous n’avons jamais réalisé de grandes performances dans cet évènement auparavant. KVM Esports (Belgique) et PSV Esports (Pays-Bas) sont également deux clubs de football qui envoient l’équipe de la ligue dans les coulisses. Leurs chances ne sont pas très élevées, mais ils ont le grand avantage d’être souvent sous-estimés. Avec le jeu créatif de KVM Esports et leur sélection de champions peu orthodoxe, ils pourraient bien percer si les équipes font des faux pas et se préparent moins bien. D’autre part, nous avons également le PSV Esports qui a montré un macro gameplay fort et beaucoup d’améliorations tout au long de la saison régulière. Avec l’expérience d’Anthrax et de Kruimel, il ne devrait pas y avoir trop de nerfs en jeu.

Pour rester simple et en néerlandais, tu peux également suivre l’ensemble de l’évènement en néerlandais sur www.twitch.tv/esportsprime et www.twitch.tv/esportsprimelol.

À ne pas manquer

Plus de Esports